Nous sommes ici

I Quattro Canti, Palermo

Situé dans le périmètre de la muraille bâtie au IV siècle a. C. par les Phéniciens pour délimiter le premier noyau de la ville, à deux pas des Quattro Canti, sur Via del Celso au numéro 14, vous trouverez un petit bâtiment avec une fenêtre géminée du XIV siècle sur la façade latérale. Sur les ruines des imposantes murailles du monastère du Gran Cancelliere, qui était détruit par les bombardements de la II Guerre Mondiale, le sumac, l’acacia et l’agave poussent spontanément et jadis même un grand mûrier ombrageait la rue. Nuvole Residenza se trouve ici, derrière l’église de Santa Ninfa dei Crociferi, dans un coin calme et magique.

 COMMENT NOUS TROUVER

De l’aéroport (34 Km)
Bus avec le service Prestia & Commandè (6,00 €) – descendre à via Roma 265 (Vucciria). Prendre la Via Napoli qui conduit à la Via Maqueda, quelques pas à gauche et à droite Via del Celso.

Taxi: coût € 40/45 environ.

De la gare (1 Km)
A pieds: prendre Via Maqueda et aller tout droit jusqu’aux Quattro Canti. Les dépasser et, peu après, tourner à gauche sur Via del Celso. Nous sommes au numéro 14, 200 mètres après.
Avec le bus: prendre le bus 101 sur Via Roma et descendre au carrefour avec Corso Vittorio Emanuele: le suivre jusqu’aux Quattro Canti et puis prendre Via Maqueda. 200 mètres après, sur la gauche, vous aurez Via del Celso. Nous sommes la, au numéro 14.

Du port (1,8 Km)
A pieds: (23 min) – prendre Via Emerico Amari jusqu’au Théâtre Politeama Garibaldi (4 min) et puis, à gauche, Via Ruggiero Settimo. Continuer sur Via Maqueda pour 1 km. Avant les Quattro Canti, sur la droite, il y a Via del Celso.

Palermo

A pieds
QUATTRO CANTI  198 mètres – 2 minutes
PLACE PRETORIA – 270 mètres – 3 minutes
PALAIS RISO – MUSÉE D’ART CONTEMPORAIN
240 mètres – 3 minutes
ÉGLISE DE LA MARTORANA – 338 mètres – 4 minutes
VUCCIRIA – 409 mètres – 4 minutes
PLACE BEATI PAOLI ET MARCHÉ DU CAPO
489 mètres – 5 minutes
THÉÂTRE MASSIMO  500 mètres – 6 minutes
CATHÉDRALE – 700 mètres – 7 minutes
MARCHÉ DE BALLARÓ – 700 mètres – 8 minutes
MARCHÉ DES PUCES – 800 mètres – 9 minutes
LA CALE ET LA MER – 800 mètres – 9 minutes
CHAPELLE PALATINE – 1200 mètres – 15 minutes

 

 LE B?TIMENT – L’ISTOIRE ET LA RESTAURATION

Le bâtiment a connu une période de grande splendeur au XVIII siècle. Toutefois, ses racines historiques remontent même à des temps plus anciens: la fenêtre géminée médiévale sur la façade latérale de Vicolo Marotta est mentionnée dans “Lo Steri di Palermo e l’architettura siciliana del trecento” par l’architecte Giuseppe Spatrisano. Son ouverture, située au troisième étage, est entourée par une virole décorée avec des dents pyramidales quadrilobées et avec un oeil central orné par un motif en forme d’étoile. Selon certaines sources, le bâtiment est aussi connu comme Casa Ingraiti.

Au XVII siècle, il appartint au médecin Giovanni Pompilio Sicco et à Don Diego Marotta, président du Royal Consistoire et de la Court Royale. Plus tard, il fut acquis par les Princes La Torre et, au début du XVIII, Don Vincenzo Vanni l’obtint en dot. Le bâtiment figure, orné de festons dans une illustration publiée en 1736 dans “La Reggia in trionfo” (Le Palais Royal en triomphe) par Pietro La Placa. Dans cette période, afin de décorer la grande salle de danse, le prince appela Guglielmo Borremans. L’artiste flamand avait créé à ce propos une fresque qui représentait la Gloire avec les autres vertus nécessaire au Prince. Cette oeuvre a été déplacée et transférée sur toile, mais jamais retrouvée. Une des transformations les plus importantes remonte au nivellement de Via del Celso, fait pour la raccorder à Via Maqueda. La partie extérieure est le résultat des modifications apportées en 1800.

Au bout de plusieurs années d’abandon, en 2005, au début de l’action de recouvrement, le bâtiment n’était pas habitable: les plafonds et les faux plafonds s’étaient écroulés, il y avait partout des ordures, les faïences avaient été dépouillées et les fresques abîmées. Les travaux de recouvrement, voulus par des sujets privés et projetés par les architectes Walter Parlato et Oreste Marrone, en 2010 ont donné au bâtiment une nouvelle vie.